Perspectives 2008

Perspectives 2008

Chers Vous Tous,

2008 ! la roue tourne, encore faut-il que cela soit dans le bon sens. Evidemment cela dépend des considérations de chacun. Mais on pourrait l’envisager comme l’occasion de faire un nouveau départ ou de continuer sur sa lancée, si sa lancée est d’être plus soi-même, authentique, vrai, dans le respect de soi, mais aussi dans le respect des autres, de la terre, de la Vie, de ce qui Est.

Nous avons tous une très grande responsabilité en tant qu’être humain, vis à vis de nous-mêmes et de nos frères et sœurs les autres êtres humains, mais aussi vis à vis des animaux, de la flore, de la terre en entier. On est arrivé à ce point extrême où par notre attitude en tant que genre humain, nous pouvons détruire l’humanité et la terre, ou l’endommager d’une manière irrémédiable. Où plus jamais la vie ne pourra être ce qu’elle a été jusqu’à présent, bien entendu toujours changeante en transformation en évolution, mais cette fois-ci de manière dramatique où c’est davantage la mort qui y régnerait qu’une luxuriance de vie.

Et pourtant chaque souffrance que nous infligeons à un autre ou à la Terre est une souffrance que nous nous infligeons à nous-mêmes. Nous ne sommes pas séparés, autres, différents, de celui à qui nous portons préjudice. Tout est relié en interdépendance en résonance en effet miroir réfléchissant.

Si nous voulons la paix, des changements de qualité de vie dans notre monde extérieur, il est absolument indispensable et obligatoire de commencer par les vivre dans notre monde intérieur : de faire la paix de faire les transformations guérisons en nous-mêmes.

Comment ? En commençant certainement à vivre dans la réalité. C’est à dire ne plus fuir par notre mental chacun de ces instants fugaces essentiels, fut-il angoisse déception peur jalousie tristesse… La souffrance fuite refoulée amplifiée par toutes les autres également niées et accumulées rejaillira immanquablement régulièrement empirée et disproportionnée qui projetée sur soi amène maladie et mal être ou sur l’autre agressivité manipulations attentes frustrées griefs … Donc au contraire jetons-nous à corps perdu totalement focalisé dans ce ressenti qui est là dans notre corps notre être profond : c’est notre immédiate réalité. Ainsi et uniquement puisque pleinement acceptée vécue expérimentée sans identification appropriation contrôle faits par le mental, pourrons nous alors en être véritablement libérés : c’est compris intégré acquis ; plus besoin de revivre la même ou similaire situation pour refaire sans arrêt la même expérience parce que à chaque fois évitée esquivée.

Lorsque nous sommes vraiment dans ce qui est, à la seconde, fraction de seconde, y plongeons comme étant notre seule, quasiment unique raison de vivre, alors nous nous affranchissons du temps passé, du temps qui passe, du temps à venir, toujours créé par le mental. Le mental n’est jamais dans le présent. Observez attentivement ce qui est, tout de suite là où vous êtes, vous constaterez que vous ne pouvez pas penser en même temps, peut-être même votre respiration aurait tendance à s’arrêter ! Maintenant laissez divaguer votre mental en y prêtant attention, vous constaterez qu’il vous mène à ergoter sur le passé le futur ou ailleurs mais certainement pas étant ni maintenant ni ici.

Néanmoins et bien sur, nous devons utiliser notre mental et ses qualités pour analyser, organiser, pour agir ! lorsque la Réalité est pleinement vécue, il ne reste plus que joie et paix et avec, la compassion la gratitude envers l’Autre notre partenaire de vie et la Vie elle-même. Et la conscience que nous contribuons à Tout ce Qui Est et Sera, chacun à son niveau avec ses répercussions. Nous sommes uniques – une Partie et le Tout – ayant notre rôle décisif à jouer dans et pour le Tout.

Shivabaï Ebroussard

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>